Accueil > Nous connaître > Sauvegarder et transmettre le patrimoine monumental et mobilier > Le patrimoine des Yvelines restauré avec l'appui du Département > Verneuil-sur-Seine > Groupe sculpté : La Charité de saint Martin

Nous connaître

Groupe sculpté : La Charité de saint Martin

La Charité de saint-Martin (Cliché C. Garguelle)

La Charité de saint Martin, pierre polychrome, XVIe ou début du XVIIe siècle ?

Financement : ville de Verneuil-sur-Seine

Restaurateurs : Atelier le Sciapode
Suivi scientifique et technique de l’opération : Cécile Garguelle (CG 78)

La datation de cette œuvre, très restaurée, est incertaine, tout comme sa provenance, malgré la présence de l’écusson visible entre les pattes du cheval. Selon la tradition locale, l’écusson serait celui de la famille Aleaume, seigneurs de Verneuil de 1517 à 1597. Ce serait Etienne, le père, qui aurait offert ce groupe à la paroisse. Toutefois, si l’on étudie la généalogie de cette famille et notamment la branche cadette, on constate qu’il existe un autre "Etienne" qui meurt après 1604 et que les armoiries des Aleaume sont "d’azur à trois coqs hardis d’or (2 et 1) crêtés, becqués et membrés de gueules", alors que l’écusson visible entre les pattes du cheval est "un léopard d’or rampant sur un champ d’azur".

Selon Arthur Duval, qui nous rapporte dans sa monographie consacrée à Verneuil que la coiffe de saint Martin a été "réparée et modifiée" sous l’abbé Jubin, à la fin du XIXe, transformant le béret porté par le saint en un casque de légionnaire romain (ce qui explique le décalage vestimentaire avec les autres éléments du costume), ce groupe sculpté daterait du XIVe siècle. Cette hypothèse, qui peut être remise en cause, se base sur le béret porté initialement par le saint, bien que la représentation de ce type de coiffe perdure en réalité jusqu’à la fin du XVIe siècle (le casque apparaissant plutôt au XVIIe siècle).
Ce groupe a été classé au titre des Monuments historiques le 3 novembre 1960 et a fait l’objet d’une première restauration au milieu des années 1980, avant d’être présenté dix ans plus tard sur un socle adapté dans l’axe du chœur. Lors des derniers travaux entrepris dans l’église, un simple nettoyage de l’ensemble a été réalisé avant de le repositionner.

(Clichés : C. Garguelle)


Espace personnel
© Archives départementales des Yvelines - Plan du site - Extranet - Mentions légales - Crédits